Udre-Olik

lundi 25 septembre 2017

KUB Kultur Bretagne - Lecture publique

http://www.kubweb.media/page/lebrun-languille-lecture-publique/
 Le réalisateur Pierre-François Lebrun et le comédien Philippe Languille nous proposent de découvrir, à chaque édition du magazine culturel Le grand BaZH.art., une œuvre au travers d’une lecture.

 KUB WEB


jeudi 21 septembre 2017

Extrait audio Gaston Couté. Les électeurs.





dit par Philippe Languille, 
filmé par Antoine Tracou
IDYLLE ROUGE
 
Le chemineux s'est dit : “ Je veux
Cette jouvencelle aux cheveux
D'aurore blême ”.
Mais la jouvencelle a du bien
Tandis qu'est gueux, gueux comme un chien
Le gâs qui l'aime !

Et la belle, aux riches galants
Seuls ! ouvrira les rideaux blancs
De son alcôve ;
Elle course le miséreux...
Alors, par les chemins poudreux,
Le gâs s'ensauve !

Errant le jour, de ci de là
Il geint, et la nuit lorsque la
Lune pâlotte
L'éveille au fond de son fossé,
Laissant saigner son cœur blessé
Le gâs sanglote.

Dans l'ombre des vieux cabarets
Où le vin, des pichets de grés
A grands flots coule,
Il va se reposer un brin
Et, pour oublier son chagrin,
Le gâs se saoule !

Enfin, il vient de faire don
De sa raison aux femmes dont
L'amour s'achète.
Il va par les quais, triste et seul...
Le grand fleuve ouvre son linceul...
Le gâs s'y jette...



 

mercredi 13 septembre 2017

SUR LE PRESSOIR ... Gaston Couté

SUR LE PRESSOIR
Sous les étoiles de septembre
Notre cour a l'air d'une chambre
Et le pressoir d'un lit ancien ;
Grisé par l'odeur des vendanges
Je suis pris d'un désir étrange
Né du souvenir des païens.

Couchons ce soir
Tous les deux, sur le pressoir !
Dis, faisons cette folie ?...
Couchons ce soir

Tous les deux sur le pressoir,
Margot, Margot, ma jolie !
Parmi les grappes qui s'étalent  
Comme une jonchée de pétales,  
O ma bacchante ! roulons-nous-  
J'aurai l'étreinte rude et franche  
Et les tressauts de ta chair blanche
Écraseront les raisins doux.
Sous les baisers et les morsures,
Nos bouches et les grappes mûres  
Mêleront leur sang généreux ;  
Et je vin nouveau de l'Automne  
Ruissellera jusqu'en la tonne,
D'autant plus qu'on s'aimera mieux !
Au petit jour, dans la cour close,  
Nous boirons la part de vin rose
Oeuvrée de nuit par notre amour ;
Et, dans ce cas, tu peux m'en croire,  
Nous aurons pleine tonne à boire
Lorsque viendra le petit jour !
Gaston Couté